Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Le socialisme est-il solluble dans l'éthique ?

CM n°227
avril-mai 2004
Couverture du Cahier Marxiste 227

Morale, éthique,... une longue tradition de confrontation à la morale prêchée par et pour les dominants s'est construite d'abord sur le doute. C'est que la pratique des dominants montrait des écarts sensibles, et persistants, et que les déclarations de contrition ont perdu de leur crédibilité à mesure qu'elles se bégayaient. A l'heure des bombardements humanitaires - sur la Yougoslavie, l'Irak,... - et des tortures pour la démocratie, il est bien temps de renouer avec cette tradition du doute.

D'ailleurs, la morale de la mondialisation, au quotidien de l'Afrique, des bidonvilles d'Amérique latine et d'Asie, et des chômeurs du Nord vaudrait-elle mieux ? Nous donnons la parole à un militant d'Attac, en clôture de ce numéro, pour nous ramener sur cette terre.

Morale, éthique,... une longue tradition de ruse avec la morale des dominants et de la domination, et de retournement dialectique de cette morale s'est construite parallèlement. C'est que porter le chapeau de l'immoralité, ou de l'amoralité constitue un handicap pour l'action politique, pour ceux qui veulent changer la société. Se posent ainsi des questions de fondement de l'action sociale : morale alternative ? retournement de sa morale contre l'adversaire ? et/ou encore, reconnaissance matérialiste des intérêts ? Pour être anciennes, ces questions ont animé le débat entre socialistes, anarchistes, chrétiens. Elles reviennent aujourd'hui chez certains libertariens et libéraux. Les CM vous proposent un petit exercice de philosophie politique.

Sommaire