Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Copernic - le manager, soleil de la fonction publique

CM n°225
août-sept. 2003
Couverture du Cahier Marxiste 225

Quand on veut tuer un chien, on lui trouve une maladie contagieuse. Quand on veut casser l'Etat social, on déclare les services publics archaïques : discours conjoint des néolibéraux et des blairistes. D'ailleurs qui pourrait être "contre la modernisation" ? L'injonction est imparable, on ne peut être que "pour", même si nul ne sait de quoi on parle au juste. Ce qui permet de couvrir toutes les manipulations.

La réforme "Copernic" imposée aux services publics fédéraux sous la législature 1999-2003 s'est inscrite dans cette perspective. Après coup, au stade d'un premier ensablement de fin de législature et d'hésitations du nouveau gouvernement, on peut voir ce qu'il en a été réellement, c'est ce que ce numéro entreprend de faire.

Le lecteur découvrira comment il y a eu plus de "politisation", alors que le précédent gouvernement assurait que ce serait moins ; et, à coup de parachutages de managers, moins de gestion parce qu'il n'y a eu aucune analyse des problèmes, ni a fortiori aucune association de ceux qui les connaissent ni à l'analyse ni à l'élaboration de solutions.

Ce sont nos services publics, nous avons le droit de comprendre la pagaille pseudo-modernisatrice que la droite y installe. Les contributions à ce numéro nous en apprennent un peu plus sur la black box du back office : les couloirs noirs derriers les guichets.

Sommaire