Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Casino planétaire 2 - résister

CM n°219
juin-juillet 2001
Couverture du Cahier Marxiste 219

Suite du n°215 qui était centré sur l'examen de la crise financière des années 1997-99, ce numéro aborde quelques pistes de résistance à ladite "mondialisation".

D'autant que l'ère des recettes politiques est révolue - les chaudrons de l'internationalisme ont implosé - l'analyse des contradictions retrouve des exigences qu'elle n'aurait pas dû perdre, et doit en tout cas être actualisée.

La folie du casino financier mondial conduit ainsi à examiner la possibilité de mettre en cause l'hégémonie du dollar, de revenir à une régulation suffisante, sur base régionale - avec l'euro, par exemple - ou en exigeant une réorganisation en profondeur du FMI. C'est le propos de Suzanne de Brunhoff qui ouvre le numéro.

La même folie a encouragé à revisiter les propositions de Tobin en matière de taxation des mouvements spéculatifs. Et il est important d'en bien mesurer la complexité : Francis Bismans nous en donne une présentation très pédagogique et instructive.

Le troisième axe de résistance évoqué porte sur les pratiques populaires de développement dans les villes et campagnes du Sud, et situe l'enjeu de leur autonomie par rapport au processus d'accumulation mondialisée. Jean-Philippe Peemans introduit le sujet, tandis que Marc Labie et Hedwige Peemans-Poullet ouvrent un débat sur la micro-finance : micro-crédit ou micro-endettement ?

Enfin un quatrième axe, à peine ébauché pour cette fois, concerne le Nord et prend pour exemple la nécessaire résistance à la libéralisation du secteur de l'électricité, que Dirk Lauwers aborde en militant du Comité Gaz-Electricité qui lutte depuis de nombreuses années pour le droit à un minimum digne.

Hors thème, mais dans l'actualité toute chaude, nous vous proposons les comptes de Saint-Polycarpe, qui sont au coeur de la nouvelle étape de fédéralisation de la Belgique. Indispensable pour la sieste en été. Interro à la rentrée.

Sommaire