Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Ce qui ne peut plus durer en Belgique.

CM n°206
juin-juillet 1997
Couverture du Cahier Marxiste 206

Sous ce titre - où de fins exégètes reconnaîtront une pointe d'ironie althussérienne - quatorze auteurs font écho à une interpellation sur "la dette démocratique", près d'un an après la Marche blanche.

Cette interpellation a été lancée en commun par les rédacteurs en chef et des animateurs de quatre revues - Revue Nouvelle, Sources, Toudi et CM - qui ambitionnent de poser au moins quelques bonnes questions, manière de synthèse d'une année de débats politiques singulièrement renouvelés, et de relancer ceux-ci.

Un responsable de comité blanc, deux juristes, deux militants du comité pour le suffrage universel ouvrent le dossier sur les sujets les plus publics. S'y ajoutent des réflexions - nécessaires - sur le fédéralisme, le cadre économique européen, l'extension à l'Est, les rapports avec le Sud. Et enfin des textes sur l'action politique : méthodologie des "états généraux", problématique du renouvellement du PS, et bataille des médias.

Tout ça ne fait pas encore un programme, mais par contre, "quand on ne sait pas ce qu'on cherche, on ne sait pas ce qu'on trouve": disons que c'est une contribution. Vue de - très - loin, et au soleil de l'été, on lui trouvera peut-être un air de famille avec la compil des discours de Dehaene par Albert II : quand même le gouvernement concède qu'il y a "des choses" qui ne peuvent plus durer, quelques précisions font néanmoins vite une sensible différence. Contribution stimulante donc, s'il se peut, notamment pour sortir des limites qu'impose l'injonction trop banalisée à choisir d'être "pour" ou "contre" - comme on dit - "le blanc".

Sommaire