Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Renouvellements régressifs et totalitarisme marchand

CM n°203
août-sept. 1996
Couverture du Cahier Marxiste 203

A l'heure où chacun des patronats des pays européens prétend que le coût salarial est, là où il cause, trop élevé pour résister à la concurrence; à l'heure de la course générale à l'austérité, que tous les ministres européens ventriloques imputent à "l'Europe", où ils siègent, et au Traité de Maastricht, qu'ils ont conclu, ce numéro des Cahiers propose un démontage de l'idéologie néolibérale.

En quoi est-elle "néo"? Quels dégâts a-t-elle déjà produits et que reste-t-il des compromis fondant l'Etat "social"? Quelle est la part d'un archaïsme libertarien qui puise au tréfonds de l'anarchisme libéral d'il y a deux cents ans?

Passant des doctrines aux faits, et de la société globale à des domaines particuliers comme la Sécu et la dette publique, ce numéro montre qu'il y a un poujadisme néolibéral - anti-fiscal, anti-cotisation sociale - où les nouvelles classes moyennes rejoignent en égoïsme les boutiquiers les plus obtus: on peut débusquer ce poujadisme dans un discours philosophico-économique qui a la prétention d'encadrer la totalité de la vie sociale, qui corrompt déjà les cultures.

Résister au totalitarisme marchand requiert certes de prendre la mesure du territoire déjà abandonné par les démocrates sociaux et chrétiens, mais aussi de comprendre que l'histoire ne repassera pas les plats.

C'est aussi dégager, choisir au plus tôt et défendre de nouveaux points d'appui - culturels, de service public,...- pour un humanisme progressiste.

Sommaire