Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Y a-t-il un économiste (socialiste) dans l'avion ?

CM n°196
déc. 1994
Couverture du Cahier Marxiste 196

Comme le disait Claude Renard dans l'émisson qu'Hugues Le Paige a consacrée au PCB, le capitalisme est aujourd'hui tout nu, et il n'est pas beau à voir. On l'aurait presque oublié, à suivre la majorité des commentateurs dans leur célébration acritique de l'effondrement des structures étatiques post-staliniennes : les projets de réformes de structure, de maîtrise du Tiers-Monde sur son avenir, de développement centré sur d'autres critères que le profit ont accompagné le mouvement et se sont retrouvés à la trappe.

Il nous semble temps d'en reparler, et d'opposer un contre-feu à la canonisation libérale du marché. L'expérience des dernières années aura en tout cas montré l'importance du contexte international, appréhendé comme ensemble de contraintes lorsqu'on n'envisage pas de le modifier.

La première partie de notre numéro est donc internationale. Elle se penche sur la division internationale du travail, avec Gérard de Bernis ; sur une perspective de développement durable, avec Jean-Philippe Peemans ; sur la construction européenne, avec Pierre Jonckheer ; sur les inévitables dérapages d'un marché à qui tout est permis, avec Madeleine Crabbé ; sur le rôle des institutions fiancières internationales et sur la définition d'une alternative à ce rôle, avec François Gobbe.

La suite est plus locale, et, d'une manière ou d'une autre, met en perspective les orientations de la politique économique du gouvernement accusé de navigation à vue, notamment à propos de l'adoption du Plan Global. Du côté de la défense, Georges Grinberg et Robert Tollet réfutent l'accusation, et revendiquent la présence d'un pilote social-démocrate dans l'avion. Nos autres intervenants sont plutôt des témoins à charge : Francis Bismans nous explique l'intérêt qu'il y a à réexaminer le Plan du Travail de De Man, Philippe Defeyt esquisse une sortie de crise vue par Ecolo, alors qu'Hedwige Peemans-Poulet et Mateo Alaluf exposent des vues divergentes quant à la réorganisation du travail.

Sommaire