Les Cahiers Marxistes

Critique multidisciplinaire et éducation permanente depuis 1969

Notre adieu au roi

CM n°192
nov.-déc. 1993
Couverture du Cahier Marxiste 192

Après quelques années pendant lesquelles on a pu penser avoir un roi-notaire, et après une certaine journée d'impossibilité de régner pour cause de loi sur l'IVG, on a su qu'on avait un roi-aumonier : Baudouin de Saxe-Cobourg-Gotha avait un avis personnel et entendait l'opposer à une loi démocratiquement votée. Adieu le Roi, vive le citoyen !

La mort récente de Baudouin Ier a été un événement fortement médiatisé, en plein creux de l'été. Pour le remplacer, plutôt qu'un roi-bedeau ou une reine-chaisière, nous avons maintenant un motard-sympa, et qui va au foot (et pas dans les business-seats, Dehaene non plus - voir le plan social). Un bon vivant disent les experts.

Y a-t-il des chances de rigoler davantage dans les salons ? Ce n'est pas sur ce point que nous vous proposons une analyse, mais bien sur l'extraordinaire happening politique qui a eu lieu cet été, en direct, sous nos yeux. Un trait en ressort : digne héritier de Léopold III, son fils aîné ne s'est jamais départi d'une attitude partisane, et précisément catholique (et de la variété la plus intelligente) ; son entourage non plus.

Rappel aussi, et forcément, de quelques exigences d'un engagement républicain, c'est à dire précisément soucieux de la res publica, la chose publique.

Sommaire